Contenu

Chillida et la poésie

Download PDF
Résumé

Pour Chillida, le mot poésie a avant tout un sens génésique, et il y recourt précisément lorsqu’il s’agit de création : «La construction et la poésie ne sont-elles pas des composantes essentielles de tous les arts» Si, pour le physicien Minkowski, lorsque le poète parle «il revient à être l’énergie d’une origine» (quelque chose d’intangible lié au temps), la construction (liée à l’espace) nous rapproche lorsque Heidegger dit : «Être travail, c’est établir un monde». C’est pourquoi la construction et la poésie couvrent ensemble les deux choses. Chillida prend rapidement contact avec Heidegger et écrit avec lui un livre intense intitulé El arte y el espacio (L’art et l’espace), mais il rend également hommage au poète Jorge Guillén, séduit par son vers : «Le plus profond, c’est l’air». D’autre part, comme la poésie est liée à la musique, où, selon Walter Pater, «aucune distinction n’est faite entre la matière et la forme», Chillida l’aborde également. Par conséquent, avec son hommage à Saint Jean de la Croix, nous trouvons celui dédié à Jean Sébastien Bach. Ainsi, ses œuvres peuvent s’appeler : Rumeur des limites, Espaces sonores, Musique des sphères, Vibrations…

Mots-clé

Espace, temps, musique, matière, forme, visible, invisible, Chillida, Walter Pater, Juan Sebastián Bach, Heidegger, Minkowski.

Texto completo (pdf)

Leave a Reply